album jeunesse

Ma pile pour l'été : le bilan

mercredi, septembre 19, 2018


Nous y sommes, le 21 septembre arrive, et bien que tout le monde semble penser que l'automne équivaut à la rentrée, pour moi cela reste encore et toujours le 21 septembre.

L'occasion de faire mon bilan de cet été, vous pouvez retrouver la pile à lire que je m'étais prévue ici.

Dans un article à suivre, je vous montrerai ce que je prévois de lire cet automne !!










Pour rappel j'avais prévu (en noir je les ai lus et en gris, pas encore) :

... pour cet été
# Le premier jour du reste de ma vie de Virginie Grimaldi
Le ciel est la limite de Anne Lanoë
# Le secret de la manufacture de chaussettes inusables de Annie Barrows
# Nager dans les étoiles de Kanishk Tharoor
# Mes nuits à la caravane de Sylvie Deshors
# Libres et affamés de David Arnold
# Le Couple d'à Côté de Shari Lapena
La nuit n'est jamais complète de Niko Tackian
# Les couleurs de la vie de Lorraine Fouchet
# Broadway Limited, Tome 1 : Un dîner avec Cary Grandt de Malika Ferdjoukh
Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi
# La Petite Boulangerie de Jenny Colgan
# Petite laine de Amélie Panneton
Love and Gelato de Jenna Evans Welch

livres lus : 4 personnels lus
* * * * *


l'été des services presse
# La Griffe du diable de Lara DEARMAN
Le Pouvoir de Naomi Alderman
# Fantazmë de Niko Tackian
# La femme qui ne vieillissait pas de Grégoire Delacourt
Poste restante à Locmaria de Lorraine Fouchet
# La ville gagne toujours de Omar Robert Hamilton
# La Maison à droite de celle de ma grand-mère de Michael Uras
# L'académie des âmes abîmées de Thierry Cohen
Le Ciel est à nous de Luke Allnutt
# Ni tout à fait une autre de Caroline Vié
Aquarium de David Vann
# Tarte aux pêches tibétaines de Tom Robbins
# La Fourrure Blanche de Jardine Libaire
Les Détectives du Yorkshire, rendez-vous avec le crime de Julia Chapman


livres lus : 5







* * * * *




... au rayon BDs
# Sky Doll : l'intégrale de BARBUCCI Alessandro, CANEPA Barbara
Underwater : Le village immergé, tome 1 de Yuki Urushibara
Un grand Bourgogne oublié de Hervé Richez et Boris Guilloteau
La mémoire de l'eau, l'intégrale de Valérie Vernay et Mathieu Reynès
Collaboration horizontale de Mademoiselle Navie et Carole Maurel
Moi, jardinier citadin, tome 1 de Min-Ho Choi


livres lus : 4 sur 6










sp
Que du Bonheur ! (ou Presque...) tome 2 de Céline CHARLÈS
Nos Embellies de Gwénola MORIZUR et Marie DUVOISIN
Road Therapy de Stéphane LOUIS et Lionel MARTY
Fortune de mer de Clément Belin et Costès
Sang de Sein de Patrick Weber et Nicoby
Je vais rester de Lewis Trondheim et Hubert Chevillard


livres lus : 6 sur 6 !!


* * * * *




- version anglaise -
# Sweetbitter de Stephanie Danler
# Wait for Me by Caroline Leech
# Since you've been Gone by Morgan Matson
# Asking for it de Louise O'Neill

livres lus : 1 de ma pile mais en tout 3 sur l'été, 1 par mois !!! Je suis super contente d'y être arrivée.


* * * * *


Et mes lectures autres que celles prévues :

- j'ai lu 
8 livres de ma pile personnelle  -

Sur les chemins de Loren Bes - album jeunesse 
Le Prince aux Grands Pieds de Elodie Coudray et Dorothée Piatek - album jeunesse 
Les Doldrums, tome 1 de Nicholas Gannon - un coup de coeur dont je vous parle ici
Warcross, tome 1 de Marie Lu
Prends ta pelle et ton seau et va jouer dans les sables mouvants de Hervé Giraud
Giant Days vol 4 de John Allison et Lissa Treiman - comics 
Cet été-là de Mariko Tamaki et Jillian Tamaki
La Ruelle de Céline Comtois,  Geneviève Desprès - album jeunesse 



en vo
Famous Five: Five On A Treasure Island by Enid Blyton
My Lady Jane by Cynthia Hand, Jodi Meadows, Brodi Ashton



et 7 livres lus en plus de ma pile Service Presse
Junk Food Book de Noémie Weber - BD
Silencio, tome 1 de Gabriel Germain et Waxx
L'obsolescence programmée de nos sentiments de Zidrou et Aimée De Jongh
Les lumières de L'Aerotrain de Aurélien Ducoudray et Johann Corgié
Les Immortalistes de Chloe Benjamin
Inversionde Alexis Chabert, Sylvie GAILLARD et Frank Woodbridge
Le monde selon Zach de Djet, Jean Rousselot et Stéphane Massard
Il faut flinguer Ramirez, tome 1: acte 1 de Nicolas Petrimaux
Reine de Cendres d'Erika Johansen
Nailbiter tome 5 de Joshua Williamson et Mike Henderson
Presqu'une nuit d'été de Thi Thu




* * * * *



Avez vous lu certains de ces livres ??

Avez vous lu des livres d'ambiance estivale ??






Chloe Benjamin

J'ai lu : les Immortalistes

vendredi, septembre 14, 2018



de Chloe Benjamin



RÉSUMÉ
New York, été 1969. Pour tromper l'ennui, les enfants Gold ne trouvent rien de mieux à faire que d'aller consulter une voyante capable de prédire avec exactitude la date de leur mort. Si Varya, Daniel, Klara et Simon veulent tous savoir de quoi demain sera fait, ils sont loin de se douter de ce qui les attend. Des années plus tard, hantés par la prophétie, ils vont faire des choix de vie radicalement opposés. 
Simon, le petit dernier censé reprendre l'entreprise de confection familiale, s'enfuit sur la côte ouest, en quête d'amour à San Francisco. 
Klara, la rêveuse, devient magicienne à Las Vegas, obsédée par l'idée de brouiller les pistes entre la réalité et l'imagination. Épris de justice, Daniel s'engage comme médecin dans l'armée après les attentats du 11 septembre. Quant à la studieuse Varya, elle se jette dans des travaux de recherche liés à la longévité, tentant désespérément de percer le secret de l'immortalité. 
Lorsque le premier d'entre eux trouve la mort à la date annoncée par la voyante, les trois autres craignent le pire. Doivent-ils prendre au sérieux cette prémonition ? N'est-ce la puissance de l'autosuggestion qui pousse les Gold à faire des choix qui les conduisent irrémédiablement vers leur mort ?



* * * 

Je remercies les éditions Stéphane Marsan de m'avoir permis de découvrir ce roman.

* * * 


MON AVIS
Je ne m’attendais pas à ce genre de lecture pour être honnête, mais je vous rassure de suite, j’ai passé un bon moment de lecture. Le style d’écriture de Chloé Benjamin est assez fluide, elle nous propose un roman très intéressant et une réflexion sur la vie, de ce que l’on va en faire et la mort à travers 4 destins et 4 vies totalement différentes et pourtant liées puisque ce sont des frères et sœurs à qui on a prédit la date de leur mort.

Notre vie est elle réellement “inscrite” ? Ou est-ce nous qui provoquons inconsciemment notre destinée ? Peut-on changer les choses ? Toutes ces questions que l’on se pose et qui resteront sans réponse jusqu'au jour où la réponse ne nous servira plus.

Ce roman arrive curieusement, puisque je lisais il y a encore 10 jours Et ils meurent tous les deux à la fin” de Adam Silvera (mon avis à relire ici) où deux adolescents se voient annoncer leur mort avant la fin de la journée. Ici, ils leur restent plus de temps que 24 heures, mais la finalité est la même. Nous lisons parfois sans nous rendre compte des romans très proches à des intervalles très proches.

Je crois que les deux parties que j’ai préféré sont celles sur Simon et Varya, je les ai lu d’une traite, bien que diamétralement différentes et pourtant complémentaires. D'ailleurs, chacune des parties va permettre d’apporter sa petite part de réponse que l’on pourra regrouper pour nous faire notre propre interprétation.
J’avais parfois un peu de mal lorsque je me rendais compte qu’au final, j’attendais leur mort, même si la lecture allait bien évidemment au-delà de ça, mais nous lisons pour aboutir à leur fin à chacun, assez troublant à bien y réfléchir.

Une lecture profonde qui ne laisse pas indemne.



* * * 

Découvrez sa fiche sur Cultura ou sur le site de éditions Stéphane Marsan
L'avez vous lu ? Avez vous aimé ?





Gallimard

J'ai lu : La fin d'où nous partons

mercredi, septembre 12, 2018

de Megan Hunter


RESUME
Une femme s’apprête à accoucher au moment où Londres est menacée par une inquiétante et mystérieuse montée des eaux. Elle et R, son mari, doivent fuir avec leur nouveau-né, qu’ils ont baptisé Z. R et la narratrice sont rapidement séparés. Cette dernière prend la mer avec Z et O, une autre femme poursuivant seule son chemin avec son tout jeune enfant. À l’abri sur une île, elles attendent. Que l'inondation et les incendies cessent, que leurs compagnons réapparaissent, que leur vie retrouve son ancien cours. Pendant ce temps, les premières dents de Z percent dans sa bouche espiègle et le lien de plus en plus profond qui le relie à sa mère devient très vite, parmi la confusion et l’incertitude environnantes, le havre le plus sûr. 
Megan Hunter excelle dans l’expression des sensations, des émotions et des angoisses liées à la découverte de la maternité. Au-delà de cette sphère intime, elle fait également écho aux questionnements actuels sur l’écologie, les migrations de populations et l’effondrement de notre civilisation.


* * * 

Je remercies les éditions Gallimard de m'avoir permis de découvrir ce roman.

* * * 

MON AVIS
Il a fallu que je m’habitue au style original de l’auteur : ici, pas de chapitre, nous avons une succession de phrases courtes composant les différents passages, très peu d’information sur les événements, mais surtout l’absence de prénom, chaque personnage est représenté par la première lettre de son nom sans nous indiquer plus, O, R, Z… C’est assez étrange et pas toujours évident.

Le récit se passe sur un an, nous suivons une femme qui accouche et nous allons la suivre avec son fils et son mari alors qu’ils doivent quitter Londres, car leur quartier vient d’être inondé. L’auteur ne nous explique pas tout nous laissant dans le flou et imaginer ce qui a bien pu se passer.

C’est assez drôle, car je viens de terminer Sirius de Stéphane Servant, un livre un peu similaire dans les deux nous suivons une femme et un enfant, ils parcourent chacun un voyage jusqu’au recommencement. Alors que le premier est un recommencement vers un monde qui se réveille, un renouveau, celui-ci est un recommencement vers la vie d’avant, ils reviennent pour poursuivre leur vie. En fait, il s’agit plus d’une observation du comportement des gens.

Ce livre est un OVNI, tout le monde n’appréciera pas. Pour les curieux, comme moi, il fait moins de 200 pages, n’ayez pas peur de plonger dedans.



* * * 

Découvrez sa fiche sur Cultura ou sur le site de Gallimard
L'avez vous lu ? Avez vous aimé ?





"Collection Électrogène"

J'ai lu : Detroit

lundi, septembre 10, 2018



de Fabien Fernandez



RESUME
Malmenée par les rixes des gangsters, les liquidations judiciaires et les combats de chiens, Detroit observe ses habitants parcourir son ossature de métal et de goudron, guette celui qui la sauvera de sa lente décrépitude. Pendant qu’Ethan, jeune journaliste new-yorkais fasciné par cette ville au passé industriel et musical glorieux, explore les quartiers de Motor City jusque dans ses bas-fonds, Tyrell attend fébrilement le moment où, son année de lycée terminée, il pourra enfin prendre son envol. Mais victime d’accès de colère incontrôlés, il peine à éviter les heurts avec les membres des Crips et l’expulsion scolaire. Quand ses recherches mettent Ethan sur la piste d’un détournement de fonds au sein de l’établissement de Tyrell, il soupçonne rapidement que l’affaire est sérieuse… Tous deux vont s’opposer comme ils le peuvent aux gangs qui règnent en maîtres à Motown. Nul ne sera épargné.

* * * 

Je remercie les éditions Gulf Stream et la Collection Electrogène pour m'avoir envoyé ce roman
et de m'avoir permis de découvrir cet auteur.

* * * 


MON AVIS
Parfois, on ne sait pas trop pourquoi, mais on est attiré vers un roman, il nous parle, c’est ce qu’il m’est arrivé avec celui-ci et je suis contente de voir que cette intuition était bonne.
Le roman est vraiment original, certes, c’est un roman pour adolescent (mais pas seulement), c’est aussi et surtout un roman sombre et très urbain. Car la ville a tout sa place, au point d’avoir sa propre voix dans le roman en plus des deux autres protagonistes.

J’ai pris un grand plaisir à découvrir les rues de Détroit à travers ces trois personnages : Ethan le point de vu extérieur venu de New-York ; Tyrell, qui vit à Détroit et nous raconte la vie en tant que jeune noir qui essaie de surpasser sa violence quotidienne et Détroit, la voix interne. C’est terriblement bien réalisé et très bien écrit.

J’ai été touchée par les différents ressentis lors de ma lecture, l’auteur arrive avec talent à faire ressortir les émotions et use des différents sens tout au long de notre lecture.

En plus d’être noir, je l’ai trouvé très réel, et certains déroulés de l’intrigue qui n’auraient pas forcément été envisagés au risque de ne pas plaire aux lecteurs, sont pleinement assumés et l’auteur va au bout de son idée. Cela en fait un roman à part.

Je ne voulais pas aller trop vite dans ma lecture, absorber au plus l’histoire et les retrouver à la fin de ma journée. Je pense même que je le relirai !


* * * *


Et la maison d'édition a mis à disposition un extrait que vous pouvez lire 
ainsi que la playlist associée !  A retrouver sur leur site (par ici)

* * * *

Découvrez sa fiche sur Cultura ou sur le site des éditions Gulf Stream.

L'avez vous lu ? Avez vous aimé ?





Adam SILVERA

J'ai lu : Et ils meurent tous les deux à la fin

samedi, septembre 08, 2018



d'Adam SILVERA

RESUME
« Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l’équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ? »
Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.


* * * 

Je remercie les éditions Collection R de m'avoir envoyé ce livre.

* * * 

MON AVIS
J’étais très curieuse de lire ce roman, déjà avant sa sortie française, car on en entendait parler chez les booktubeurs anglais et américains.

L’auteur, Adam Silvera, pose son intrigue sur une réflexion que nous nous sommes tous posés un jour : “que ferions-nous s'il nous restait 24 heures à vivre ?”
À partir de ce questionnement, il va créer un monde futuriste, à la Minority Report, où un programme vous annonce votre mort et où deux adolescents vont se retrouver pour vivre leur dernière journée ensemble.
Vous imaginez facilement l’ambiance.

L’auteur arrive à exprimer notre peur commune de mourir, le tout dans un roman young adult philosophique et accessible à tous. Alors qu’au début du roman, on se demande ce qu’ils vont faire de leur journée, passé la moitié du roman, on appréhende surtout la fin et de les perdre à la page suivante.

Une lecture belle et délicate, je suis un peu déçue néanmoins pour deux raisons : la première, c’est l’évolution de leur relation à la fin qui n’était pas nécessaire selon moi, l’histoire aurait pu être tout aussi belle si elle évoquait une sincère amitié sans avoir à passer par cet aspect nian nian.
La seconde vient du fait que je m’attendais à un récit plus émotif où j’allais pleurer. Au final pas du tout, c’est touchant, sensible (forcément) mais je n’ai pas eu l’émotion que je m’attendais à avoir.

À lire au moins pour réfléchir sur sa propre vie, se donner envie de vivre chaque jour à fond et profiter de nos proches.

Mention spéciale pour la couverture et ce jeu d’ombre.


* * * *


Découvrez sa fiche sur Cultura ou sur le site de la Collection R.

L'avez vous lu ? Avez vous aimé ?











Flickr Images

L'ensemble des textes et visuels présents sur ce site m'appartiennent. Merci de ne pas les copier, reproduire ou redistribuer sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite.