Gallimard

J'ai lu : Le Navire des Enfants

mardi, octobre 20, 2020


 
de Mario Vargas Llosa


RÉSUMÉ

Dans ce monde, il y a bien des choses qui échappent à la raison. Des choses étranges, surprenantes, incroyables, fantastiques. Elles évitent que nos existences ne soient monotones. Ce sont elles qui font de la vie une aventure véritable.

Ainsi commence l'histoire du vieil homme avec qui Fonchito attend son bus chaque matin. L'histoires d'enfants qui décident de suivre les croisés à Jérusalem, et embarquent pour un voyage vers l'éternité. Seul l'un d'entre eux aura la curiosité de mettre pied à terre

Par le célèbre prix Nobel de littérature.
Un conte fantastique et intemporel, qui mêle l'imaginaire à l'histoire des croisades.



* * * 

Je remercie Les éditions Gallimard Jeunesse de m'avoir envoyé cet album.


* * * *



MON AVIS

Non seulement, c'est une belle fable que nous offre Mario Vargas Llosa, et, pour agrémenter le récit,  l'album est ponctué de douces illustrations de Zuzanna Celej, toutes magnifiques, en aquarelle.

Le récit d'aventure prend une tournure originale : un petit garçon voit un vieil homme assis en face de chez lui, curieux, il va se déplacer pour le voir avant d'aller à son bus, le vieil homme lui racontera une histoire en plusieurs fois. À chaque chapitre, une nouvelle journée, car le chapitre se termine au moment où le bus arrive pour prendre le garçon. 
On se voit dévorer les chapitres, nous invitant à suivre ce récit de voyage fantastique pour partir sur la mer de l'imagination.

Le récit lui est parfois assez dur (mort, la maladie, ...) et pour cela, je ne l'offrirai pas à des enfants trop jeunes et j'attendrai un peu.

Un très bel ouvrage à découvrir !


* * * *


Et vous vous l'avez lu ? Vous avez aimé ?
retrouvez la fiche du roman sur Cultura



"Par la Main"

J'ai lu : Par la main

mercredi, septembre 30, 2020


de Marie Urdiales


RÉSUMÉ
Dans une station balnéaire du sud de la France, Ben retrouve son petit frère, Max, pour les vacances d'été.

Quand il l'aperçoit sur le quai de la gare, Ben sent son coeur déborder d'amour pour ce petit bonhomme, de colère contre lui-même et de douleur.

Il n'a pas vu sa famille depuis huit mois. Ces huit mois, il les a passés au fond du trou, ballotté entre le chagrin et la culpabilité. Il se sent responsable de l'accident dont a été victime sa meilleure amie: Hélène, la fantasque, l'artiste, l'initiatrice des mondes imaginaires.

Ben, qui sort à peine de l'enfance, va devoir accepter l'aide de ce frêle garçon de six ans, plein d'admiration à l'égard de son grand frère, d'imagination et de questions, pour surmonter la première épreuve de sa vie d'homme.


* * * 

Je remercie Les éditions Calmann Levy de m'avoir envoyé ce roman

* * * *

MON AVIS

Mon coup de cœur de cet été ! 

Je ne connaissais pas du tout cette auteure, je me suis laissé guidé par la couverture et mon instinct qui me disait que cela pouvait être une belle lecture d'été et je n'ai pas regretté un seul instant.

Impossible pour moi de lâcher le livre !

La construction diffère un peu avec ce que nous trouvons habituellement, ici nous comprenons ce qu'il se passe au fur et à mesure de notre lecture. Cela peut désarçonner certains, moi, j'ai adoré apprendre doucement ce qu'il se passe. Cela rajoute une profondeur à l'histoire, nous prenons notre temps, à nous de pousser pour connaître les événements passés.

Ben va ainsi apprendre à se pardonner au contact de son petit frère Max. Le sujet est lourd, mais cela passe tout seul grâce à l'humour et l'humanité de l'auteure. À aucun moment, elle ne cherche pas le larmoyant, et les émotions passent sans avoir besoin d'en rajouter.

J'ai eu le cœur serré par cette histoire entre ces deux frères et celle de Ben et Hélène. Je vous invite à la découvrir également. 




* * * *


Et vous vous l'avez lu ? Vous avez aimé ?
retrouvez la fiche du roman sur Cultura




album

J'ai lu : Jeannot

dimanche, septembre 27, 2020




de Loïc Clément et Carole Maurel


RÉSUMÉ

Pour Jeannot, la vie était simple et heureuse jusqu'à ce drame qui a tout changé. Depuis il s'est mis à entendre ce que disent les arbres et les plantes. Cela paraît un peu fou mais il peut vraiment les entendre ! On pourrait croire à un don du ciel inestimable, mais Jeannot y voit plutôt une malédiction car les arbres sont bêtes comme leurs racines...



* * * 

Je remercie Les éditions Delcourt de m'avoir envoyé cet album.


* * * *

MON AVIS

Cet album renferme une jolie histoire rehaussée en poésie par la beauté des planches.
Le travail de Loïc Clément et de Carole Maurel est magnifique ! J'aime particulièrement leur travail et j'y vais les yeux fermé. J'avoue l'avoir voulu sans chercher à en savoir plus, le simple fait de savoir que ce sont ces deux auteurs m'a suffit. 

Les dessins sont fantastiques, l'histoire nous prend aux tripes de part la poésie qui s'en dégage et une certaine la mélancolie. Mais rien de dramatique, au contraire, un espoir. La douceur des couleurs réchauffe le cœur. 

J'aime ces personnages un peu bourru, que l'on découvre au fur et à mesure de notre lecture et dont on apprend à aimer. Arriver à la fin du livre, nous avons un mal fou à le quitter.

L'autre point que j'ai apprécié, c'est le lien qu'il y a avec un autre ouvrage, Chaussette. On retrouve le personnage de Chaussette dans cet album après l'avoir quitté dans le précédent album qui porte le même nom. J'adore le principe... À suivre, j'espère !

* * * *


Et vous vous l'avez lu ? Vous avez aimé ?
retrouvez la fiche du roman sur Cultura



éditions du Masque

J'ai lu : Le Goût du rouge à lèvres de ma mère

lundi, septembre 14, 2020

 


de Gabrielle Massat


RÉSUMÉ

«  Ma première cigarette avait le parfum des intestins qui se vident et le goût du rouge à lèvres de ma mère.  »

Côte ouest américaine, années 1990.

Cyrus Colfer a quinze ans quand il allume sa première cigarette.

Sa mère, ancienne prostituée devenue proxénète, lui a pourtant toujours formellement interdit de fumer. Un peu de cendre tombe sur le carrelage, il frissonne en imaginant sa réaction quand elle rentrera à la maison.

Mais sa mère est déjà là. Allongée sur le sol, en jupe trop courte, comme d’habitude. Le corps lardé de vingt-huit coups de couteau.

Dix ans plus tard, Cyrus Colfer n’a pas perdu le goût de fumer. Et il est prêt à retrouver l’assassin de sa mère. À un détail près : il est devenu aveugle.

Un roman qui nous plonge dans les tribulations d’un antihéros plein de ressources, contrairement aux apparences.


* * * 

Je remercie Les éditions du Masque de m'avoir envoyé ce roman.


* * * *

MON AVIS

J'ai adoré !!
Ce roman fait du bien, car il change des codes des classiques romans policiers, pour une fois, on ne suit pas l'intrigue de part l'œil des flics, mais du point de vue de Cyrus Colfer qui non seulement d'être le fils de la femme assassinée, est également aveugle. Un anti-héros qui cherchera à se réintégrer "la Famille" mafieuse pour laquelle travaillait sa mère en même temps d'enquêter sur sa mort.

Entre l'enquête, des coups bas, prostitution, des règlements de comptes et des personnages déroutants, j'ai englouti le roman en quelques jours. La notion de bien et de mal est bien plus nuancée que ce que l'on voit en temps normal, Cyrus souhaite faire ses preuves auprès de cette mafia et devra faire des choix.

L'auteure, Gabrielle Massatmaitrise le style, c'est vif et terriblement attractif. Cyrus est plein d'humour, un humour corrosif qui ne laisse pas insensible et il devient assez difficile de ne pas aimer ce personnage hors-norme.

Il est déjà mis de côté pour le prêter à ma mère (ce qui est généralement bon signe). Et vous qu'attendez vous ?


* * * *


Et vous vous l'avez lu ? Vous avez aimé ?
retrouvez la fiche du roman sur Cultura






album jeunesse

j'ai lu : Le parfum des grandes vacances

vendredi, septembre 11, 2020

 



de Thibault Prugne


RÉSUMÉ

Je me souviens de sa cabane qui flottait dans les champs comme un phare sur l’océan ; des feuilles du vieux frêne scintillant au soleil, de l’odeur du linge qui séchait au fond du jardin, du bourdonnement des abeilles et du chant des mésanges. 

Pépé Léon faisait partie de ces gens qui aimeraient que rien ne change jamais. Qui ne veulent pas refaire le monde, juste vivre au milieu et l’écouter respirer. 

Je m’appelle Louise et ceci est mon histoire.


* * * 

Je remercie Les éditions Margot et à Gabriel de m'avoir envoyé cet album.


* * * *

MON AVIS

Cet album est un enchantement ! J'ai toujours été envoûtée par les parutions des éditions Margot et par le travail de Thibault Prugne et cet album confirme tout le bien que je pense d'eux.

L'histoire est tellement belle ! D'une grande tendresse, à chaque page tournée nous avons une envolée de poésie, j'ai adoré. Les illustrations de Thibault Prugne sont toujours aussi magiques, très colorées et chaleureuses. On se sent tout simplement bien en lisant cet album, transportés en vacances. 

Nous plongeons dans les souvenirs de Louise, nous découvrons la relation émouvante entre cette Louise, petite fille, et son grand-père. 

En quelques pages, je suis retournée en enfance, nostalgique de ma tendre campagne où j'aimais me promener, les papillons qui volent partout, les oiseaux qui nous réveillent en chantant et le soleil qui nous réchauffe le dos.

Dois je encore en dire plus pour vous donner envie de vous laisser envoûter avec "Le parfum des grandes vacances" de Thibault Prugne ?!

Je suis et reste une grande fan de cet auteur-illustrateur, c'est juste magnifique !




* * * *


Et vous vous l'avez lu ? Vous avez aimé ?
retrouvez la fiche du roman sur Cultura






Flickr Images

L'ensemble des textes et visuels présents sur ce site m'appartiennent. Merci de ne pas les copier, reproduire ou redistribuer sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite.