culture

Découverte : Yaoyao Ma Van

jeudi, juin 22, 2017





Yaoyao Ma Van est une illustratrice dont le trait va forcément vous ramener en enfance. Ce style ne vous semble pas influencé par quelque chose qui a impacté à un moment ou un autre notre jeunesse ?? Si je vous dis qu'elle travaille chez Disney ?? Ce style tout de suite va vous sembler évident.

Mais elle a un style tout particulier, Yaoyao Ma Van reproduit à travers ce personnage féminin nos petits gestes de la vie quotidienne : en train de danser, dormir, préparer à manger, se faire surprendre par la pluie, arroser ses plantes ou encore boire un thé devant une fenêtre... qui n'a jamais fait cela ??


J'aime beaucoup, c'est féminin, drôle, dynamique et doux et très poétique.

Je vous laisse la découvrir par vous même.













Retrouvez là sur instagram : @yaoyaomva





brésil

Les nuits de Laitue

mardi, juin 20, 2017




Les Nuits de laitue
de Vanessa Barbara




RÉSUMÉ
Otto et Ada partagent depuis un demi-siècle une maison jaune perchée sur une colline et une égale passion pour le chou-fleur à la milanaise, le ping-pong et les documentaires animaliers. Sans compter qu’Ada participe intensément à la vie du voisinage, microcosme baroque et réjouissant.
Il y a d’abord Nico, préparateur en pharmacie obsédé par les effets secondaires indésirables ; Aníbal, facteur fantasque qui confond systématiquement les destinataires pour favoriser le lien social ; Iolanda et ses chihuahuas hystériques ; Mariana, anthropologue amateur qui cite Marcel Mauss à tout-va ; M. Taniguchi, centenaire japonais persuadé que la Seconde Guerre mondiale n’est pas finie.
Quant à Otto, lecteur passionné de romans noirs, il combat ses insomnies à grandes gorgées de tisane tout en soupçonnant qu’on lui cache quelque chose…





* * * 

Je voudrais remercier les éditions Zulma de m'avoir envoyé ce roman
et de m'avoir permis de le lire et découvrir en même temps cette auteure.



* * * 


MON AVIS
Dans ce premier roman, elle nous transporte dans un village dont les habitants sont aussi loufoques les uns que les autres : le facteur qui chante à tue tête et qui favorise les contact en ne distribuant pas les lettres aux bonnes personnes, un jeune pharmacien passionné par les contre-indications des médicaments, un centenaire japonais qui est persuadé que la guerre n'est pas terminée... et derrière tout ça un couple, Ada et Otto.

Ada est le lien entre les différents habitants et Otto qui ne sort pas beaucoup, surtout depuis qu'Ada est décédée. Mais voilà, malgré lui, il va nous les faire découvrir.
Et à travers chacun des chapitres, nous allons découvrir un personnage différent et son histoire.

J'ai adoré les styles et la drôlerie de l'intrigue : c'est très coloré !
Une seule petite déception du fait qu'on ne fait que les survoler : on approche un personnage que dans un chapitre le concernant, cela donne l'impression d'une présentation/d'une introduction alors que non et cela se termine comme ça, sans lancement d'une histoire autre histoire ou d'un approfondissement.

A la fois, c'est surprenant et original, on aime ou on aime pas.

La fin m'a surprise, elle clôture en un adieu à ces personnages que j'aurai bien suivis encore un peu.

Une belle lecture et découverte de la littérature brésilienne avec une jeune auteur qui mérite d'être suivie.




* * * 

Découvrez sa fiche sur amazon ou sur le site des éditions Zulma.



L'avez vous lu ? Avez vous aimé ?





gastronomie

J'ai lu : Petit Précis de Panna

dimanche, juin 18, 2017






RÉSUMÉ
Hérésie ? Pas sûr. Longtemps réservée aux bourses bien garnies et par conséquent rare, pour autant, la crème - la panna - n'est pas absente du paysage gastronomique transalpin. Loin s'en faut ! À l'occasion, les Italiens ne boudent pas leur plaisir devant un capuccino à la panna montata. Plus souvent que de coutume, ils succombent à la tentation de quelque dolce où une panna aérienne fait s'envoler leurs derniers scrupules. Contre le sens commun, ils n'hésitent pas à applaudir une pasta con panna quand le chef a du talent. Pour nous, la gourmandise ravie, Louise Giovannangeli lève ici le voile sur l'improbable «conversion» de la Botte à la panna.





* * * 

Je voudrais remercier l'auteur, Louise Giovannangeli, et les éditions du Pétrin de m'avoir envoyé ce petit précis et de m'avoir permis de le lire.



* * * 


MON AVIS

Cela a été un envoi complètement inattendu, après avoir discuté pour un autre livre avec l'auteur de ce petit précis, Louise Giovannangeli me proposa de me l'envoyer. Gastronomie ... Italie ....  non seulement cela m'intrigue, mais cela me donne faim !


Je m'attendais à une lecture distrayante, mais pas du tout à l'apprécier autant !!
Il faut savoir que je rêve d'aller à Rome (et Florence, Naples ... ) pour aller déguster de bons plats italiens ! Un vrai plat de pâtes ou une vraie pizza ... une glace italienne ...
Alors forcément cette lecture m'a fait rêver, voyager et avouons-le, baver un peu !
Je l'ai véritablement dégusté, je me suis délecté de chaque chapitre comme de petites bouchées.

Car les "chapitres" font à peines 2 ou 3 pages nous permettant ainsi de nous poser et de picorer comme on le souhaite son contenu.

Avec ce petit précis, la gastronomie italienne aura encore quelques secrets mais en tout cas il vous donnera envie de vous y pencher sérieusement.

Et en plus il y a les recettes à la fin, que je compte bien essayer !!

Donc merci à Louise, j'ai vraiment passé un bon moment, juste un regret... qu'il soit si court car je serais bien resté plus longtemps dedans.

Le truc en moins : la couverture qui ne correspond pas forcément ou ne redonne pas assez honneur et la gourmandise du contenu.




* * * 

Découvrez sa fiche sur amazon ou sur le site des éditions du Pétrin.






L'avez vous lu ? Avez vous aimé ?






A Boire et A Manger

Dernières lectures

vendredi, juin 16, 2017




Nouvelles lectures achetées ou offertes : aujourd'hui je vous emmène en Afrique à travers un récit dur et tragique, puis une jolie lecture illustrée douce mais tristounette, enfin, pour nous remettre de tout ça, une ode à la gourmandise.




La fille du roi araignée
de Chibundu Onuza

RÉSUMÉ
À dix-sept ans, Abike Johnson, la fille d'un richissime magnat de Lagos, a l'habitude de se laisser porter par l'immense Mercedes de son père dans les rues de la ville. Un jour, alors que la voiture est assaillie par des vendeurs à la sauvette, le regard d'Abike croise celui d'un colporteur : jeune, beau, élégant sous ses haillons, il détonne dans la foule. 
Lui vit dans un quartier mal famé. Tous les jours, il parcourt des kilomètres en vendant des glaces pour subvenir aux besoins de sa sœur et de sa mère. Abike découvre un univers inconnu qui la fascine et invite le jeune homme dans son monde. 
Le coup de foudre initial se transforme bientôt en un jeu de séduction mortel, entre amour et haine, tandis que des secrets de famille les obligent à choisir leur camp.



MON AVIS
Très belle lecture qui a les airs d'un Roméo et Juliette, à première vue en tout cas, mais avec une fin tout aussi tragique.
L'auteur nous plonge dans la vie Nigérienne et nous montre la différence entre l'extrême pauvreté et les grosses richesses de la société africaine.

Les deux protagonistes ont chacun une personnalité peu commune, Abike, la jeune fille que l'on a envie de baffer une bonne partie du livre tellement elle est arrogante et le colporteur, un jeune homme touchant qui se met en quatre pour subvenir aux besoins de sa mère et sa sœur.

Une rencontre incroyable qui n'a rien d'un conte de fée, qui nous fait réfléchir et ne laisse pas indifférent. C'est le premier roman de cette auteur qui avait seulement 17 ans quand elle a écrit ce récit, cela laisse présager de belles futures lectures.



* * * * * * * * * * *

Chaussette
de Loïc Clement et Anne Montel


RÉSUMÉ
Chaussette et son chien Dagobert sont inséparables. Merlin, leur petit voisin, les connaît bien et les observe arpenter chaque jour la petite ville suivant un parcours bien établi. Pourtant, ce matin-là, quelque chose ne tourne pas rond. Chaussette est seule et se comporte étrangement. Pour tirer cette histoire au clair, Merlin va la suivre discrètement...


MON AVIS
J'ai découvert les auteurs avec Jours Sucrés que j'avais adoré, du coup quand j'ai appris la sortie de cette bd, elle est arrivée aussitôt dans mes envies lecture... une lecture qui fut rapide et tout aussi mignonne, je l'ai lu en 20 minutes.

On y raconte les journées de Chaussette, ou Josette,car elle a un emploi du temps bien huilé à la minute près : balade au parc, visite chez le boucher, un arrêt au marchand de journaux et le plus important le passage à la boulangerie. Des rituels importants pour une personne seule... jusqu'au jour où Merlin, un petit garçon, se rend compte qu'elle se comporte très étrangement.

C'est une réflexion sur plusieurs sujets : la vie des personnes seules, des personnes âgées, la mort, l'importance des souvenirs et des petites plaisirs simples.

C'est d'une douce tendresse, tout en poésie, un récit qui vous donnera envie de faire attention aux personnes autour de nous.
Bien que la bd soit orientée pour les plus jeunes, elle convient aussi tout à fait aux plus grands




* * * * * * * * * * * 

A boire et à manger avec Sonia Ezgulian
de Guillaume Long et Sonia Ezgulian


RÉSUMÉ
Une grand-mère arménienne, un adorateur de l'aubergine, un célèbre commis de cuisine new-yorkais, des copains napolitains... Ils ont tous marqué le parcours culinaire de Sonia Ezgulian, la chef lyonnaise de renom, comme elle le raconte à Guillaume Long, apprenti impertinent et attachant.


MON AVIS
Cette bd a le dont de vous émerveiller et vous contrarier à la fois.

Vous l’entamez (comme vous entamerez un plat du jour de Michel Briens - chef de la Satrouille à Cherbourg, LE spécialiste du poisson et légumes) :
Le plat arrive dégageant un fumé qui vous fait saliver, vous prenez votre première bouchée et là les textes de Sonia Ezgulian fondent en bouche.
Le mariage avec la bd de Guillaume Long vient compléter le récit de Sonia, ce sont des petites épices et les herbes fraîches qui viennent accentuer ce met délicat.
Là vous fermez les yeux et vous savourez, chacun des portraits/chapitres étant une bouchée supplémentaire.

Là vient la frustration ... vous venez de vous rendre compte que vous avez tout mangé !
Il n'en reste plus...
Les recettes de fin, c'est comme le pain qui vous permet de saucer votre plat et même si vous n'avez plus vraiment faim, vous en reprendriez bien encore un peu.

Relire mon article sur la Satrouille (c'est par ici).






* * * * * *
L'avez vous lu ? Avez vous aimé ?









Alice fait son cinéma

Les séances d'Alice : Get Out

mercredi, juin 14, 2017



Get Out

« Couple mixte, Chris et sa petite amie Rose filent le parfait amour. Le moment est donc venu de rencontrer la belle famille, Missy et Dean lors d’un week-end sur leur domaine dans le nord de l’État. Chris commence par penser que l’atmosphère tendue est liée à leur différence de couleur de peau, mais très vite une série d’incidents de plus en plus inquiétants lui permet de découvrir l’inimaginable.»

Premier long métrage du réalisateur Jordan Peele, plus habituée à la comédie puisqu’il fait parti du duo d’humoriste de la série télévisée comique à sketchs Key and Peele, Get Out  aborde la question raciale dans une ambiance horrifique.

On reproche souvent aux films d’horreur la pauvreté de leur scénario et leurs Jump Scare trop présents. Get Out, lui, se concentre sur le contenu de l’histoire, utilise très peu d’effets horrifiques et propose une mise en scène lente et intense, mettant le spectateur mal à l’aise à chaque bouleversement ou twists scénaristiques. L’utilisation de la courte focale (les visages sont déformés lorsqu’ils sont filmés de près) pour quelques scènes accentuant encore plus ce malaise.

L’horreur est encore plus présente dans la personnalité des personnages, dans ses dialogues cinglants. Jordan Peele nous montre la vision que peuvent avoir les personnages américains blancs sur leurs concitoyens noirs.

Parfois drôle, parfois inquiétant, parfois complètement flippant, Get Out est un bon film  malgré une fin un peu expéditive et un peu trop gore.
Je ne peux que vous conseiller de le voir si vous êtes friand de ce genre.


* * * 


Get Out
De Jordan Peele
Avec Daniel Kaluuya, Allison Williams, Catherine Keener
1h44




son instagram


Flickr Images

L'ensemble des textes et visuels présents sur ce site m'appartiennent. Merci de ne pas les copier, reproduire ou redistribuer sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite.