Dernières lectures

dimanche, avril 30, 2017



Cette semaine je vous parle de livres dont on a beaucoup parlé et à chaque fois en très bon terme. Vous verrez que dans chacun de ces cas je ne m'attendais pas à ça : surprise, un peu déçue ou intriguée, j'ai été, au final, contente de les avoir lus.



Robe de Marié
de Pierre Lemaitre

RÉSUMÉ
Nul n’est à l’abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence : mille petits signes inquiétants s’accumulent puis tout s’accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n’a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite, elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape… L’ombre de Hitchcock et de Brian de Palma plane sur ce thriller diabolique.


MON AVIS
Le début a été un peu difficile, j'avais du mal avec le personnage de Sophie qui me faisait penser à celui de Rachel dans la Fille du Train. Un personnage très particulier, une anti-héro.

Puis arrive Franz, on se rend compte à ce moment là de toute l'horreur de l'histoire, on n'ose y croire et pourtant, plus on lit plus on se rend compte de jusqu'où cela va.

Ce livre m'a tenu en haleine jusqu'au dernier chapitre, il est terriblement dérangeant et à la fois terrifiant.

Au final j'ai vraiment apprécié cette lecture. Comme quoi il faut parfois continuer.
Il me fait beaucoup penser au livre "Les Apparences" de Gillian Flynn  {article à relire ici}


>> acheter le livre


 * * * * * * * * * * *


84, Charing Cross Road
de Hanff Helene


RÉSUMÉ
Auteur de livres pour la jeunesse établie à New-York et passionnée de littérature anglaise, Helene Hanff prend contact, par le biais d'une petite annonce trouvée dans un journal, avec la librairie Marks & Co. de Londres, spécialisée dans la recherche de livres anciens et épuisés. Un des employés de cette enseigne, Franck Doel, répond à ses premières requêtes et deviendra très vite son interlocuteur privilégié.

Helene Hanff inséra également dans le recueil des lettres de la part de l'entourage de Franck Doel, qui la remercient pour l'envoi de colis alimentaires, Londres étant soumise à cette époque à un rationnement sévère.

On assiste au fil des lettres à un changement de ton de la part des deux correspondants, Helene Hanff laissant paraître assez vite sa nature exubérante de femme active New-yorkaise tandis que Franck Doel, tout d'abord plus réservé, laisse transparaître sa sympathie à mesure que les échanges progressent.

La dernière lettre, datée de 1968, est écrite par Nora Doel, la femme de Franck Doel, qui annonce à Hélène Hanff le décès de son mari des suites d'une appendicite.


MON AVIS

Je l'avais dans la liste d'envie depuis longtemps et Mango and Salt l'a mis dans sa sélection de livres pour le mois d'avril, du coup comme sa disponibilité à la bibliothèque indiquait qu'il était prêté jusqu'au 21 mai, je l'ai réservé d'avance.... trois jours plus tard on m’appelait pour me prévenir qu'il était rentré. Alors même s'il n'a pas été choisi pour la lecture commune, ben je suis allée le chercher.

Nous suivons une correspondance de vingt ans entre une auteur à New York et une libraire anglaise à la suite de la seconde guerre mondiale.

Lecture sympathique un peu vide et qui se lit très vite, j'avoue avoir eu du mal avec le personnage de l'auteur, je dis personnage mais c'est surtout un personnage réel, que j'ai trouvé très spéciale même si elle est d'une grande générosité.

Je m'attendais à mieux vu tous les avis favorables entendus, j'ai nettement préféré le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates.
J'ai également été surprise de comprendre à la fin que ces lettres sont issues d'une correspondance authentique et à la fois triste d'apprendre qu'ils n'ont jamais pu se rencontrer.


>> acheter le livre


 * * * * * * * * * * *


L’île aux chasseurs d’oiseaux
de Peter May


RÉSUMÉ
Marqué par la perte récente de son fils unique, l’inspecteur Fin Macleod, déjà chargé d’élucider un assassinat commis à Edimbourg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n’est pas retourné depuis dix-huit ans. Un cadavre exécuté selon le même modus operandi que celui d’Edimbourg vient d’y être découvert. Sur cette île tempétueuse du nord de l’Ecosse, couverte de landes, où l’on se chauffe à la tourbe, pratique encore le sabbat chrétien et parle la langue gaélique, Fin est confronté à son enfance. La victime n’est autre qu’Ange, ennemi tyrannique de sa jeunesse. Marsaili, son premier amour, vit aujourd’hui avec Artair. Alors que Fin poursuit son enquête, on prépare sur le port l’expédition rituelle qui, chaque année depuis des siècles, conduit une douzaine d’hommes sur An Sgeir, rocher inhospitalier à plusieurs heures de navigation, pour y tuer des oiseaux nicheurs. Lors de son dernier été sur l’île, Fin a participé à ce voyage initiatique, qui s’est dramatiquement terminé. Que s’est-il passé alors entre ces hommes ? quel est le secret qui pèse sur eux et resurgit aujourd’hui ? Sur fond de traditions ancestrales d’une cruauté absolue, Peter May nous plonge au cœur de l’histoire personnelle de son enquêteur Fin Macleod. Fausses pistes, dialogues à double sens, scènes glaçantes : l’auteur tient le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.




MON AVIS
Un peu déçue comparée au portrait qu'on m'avait dit de ce livre  (oui encore).
Ce n'est pas ce que j'attendais mais j'ai tout de même été prise dans l'intrigue, l'écriture est fluide et on se laisse vite emporter par ce personnage qui retrouve son île et son passé.

L'histoire est sombre, grise et pluvieuse à l'image de l'Ecosse, l’île de Lewis et de ses habitants qui, il faut l'avouer, ont des traditions un peu sordides.

J'ai trouvé que les flash backs étaient parfois un peu lourd, peu intéressant voir peu important et du coup on passait un peu à côté de l'enquête, alors que moi j'avais envie de rentrer dedans, de savoir ce qu'il s'était passé et on revient sans cesse sur son passé. Même si, il est vrai, le passé et le meurtre commis sont liés.

La lecture n'a pas été si mauvaise que cela peut paraître, car comme je le disais j'ai trouvé quand même le style entraînant et je lirais quand même la suite, pour savoir !
Je n'en dis pas plus, ce qui se passe sur l'île de Lewis, reste sur l'île ;)


>> acheter le livre


 * * * * * * * * * * *


Vous les avez lu ? Vous avez aimé ?





You Might Also Like

2 bla blas

  1. J'ai toujours entendu énormément de bien de Robe de Mariée, j'ai découvert et adoré le style de Pierre Lemaître, il faut que je le lise!

    RépondreSupprimer

merci pour ton petit mot ;)

Flickr Images

L'ensemble des textes et visuels présents sur ce site m'appartiennent. Merci de ne pas les copier, reproduire ou redistribuer sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite.